top of page

Margaux Merand

  • Twitter

Margaux Merand est psychanalyste. Docteur en psychopathologie et philosophie, elle a soutenu à l’Université de Tours une thèse sur l’anorexie mentale. Auteur de La maladie du faux soi (Hermann, 2023), l’occasion de présenter son travail à un plus large public, elle s’est appuyée aussi bien sur le travail conceptuel propre à la philosophie que sur l’expérience clinique de la psychanalyse. Margaux Merand a aussi commis plusieurs articles parus dans La règle du jeu, qui sont autant de traversées singulières de quelques uns des auteurs qui soutiennent sa propre pensée : Freud, Kafka, D. W. Winnicott, Philip Roth... Sur son site personnel, elle prolonge son travail clinique par des réflexions à partir de quelques cas, des travaux théoriques des maîtres de la psychanalyse, et de la littérature.

Parmi ses objets d’étude figure, outre l’anorexie, la dépression, qu’elle envisage notamment en relation avec cette première condition. C’est ainsi qu’elle s’est penchée sur une issue souhaitable et les fausses portes de sortie de l’anorexie mentale dans le #4 de HUIS CLOS (ici) en annonçant la nécessité d’un effondrement du faux self, perspective qu’elle a approfondie dans le #5 de la revue (et là). C’est à partir de cette expertise sur l’anorexie mentale qu’elle soumet ses hypothèses cliniques sur d’autres psychopathologies, sur d’autres troubles des couches profondes de l’être.

Le travail inédit et ambitieux de Margaux Merand se destine naturellement à un public curieux de la psychanalyse, pour la stimulation intellectuelle qu’elle permet, pour la nécessité personnelle qu’elle peut s’avérer dans la vie de toute personne guidée par une quête de vérité, et — surtout — pour ces deux raisons à la fois.

Ses travaux

bottom of page